Obligation du port du masque dans les lieux clos

Pour votre information voici le communiqué de presse du préfet du Vaucluse qui constitue une bonne synthèse de ce nouveau décret.


Comme le Président de la République et le Premier ministre l’ont annoncé, le port du masque de protection est la règle dans les lieux publics clos à compter du lundi 20 juillet 2020.Le décret n° 2020-884 du 17 juillet 2020, publié ce jour au journal officiel, a ainsi étendu la liste des établissements   recevant   du   public   (ERP)   dans   lesquels   le   port  du   masque   de   protection   est obligatoire pour toute personne âgée de 11 ans et plus. Ainsi, aux établissements recevant du public de type:- L (Salles d'auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple),- X (Établissements sportifs couverts),- PA (Établissements de Plein Air),- CTS (Chapiteaux, Tentes et Structures toile),- V (Établissements de divers cultes),- Y (Musées),- S (Bibliothèques, centres de documentation)- O (Hôtels et autres établissements d’hébergement) s’agissant de leurs espaces permettant des regroupements;sont ajoutés les établissements de type M (magasin de vente et centre commercial)et de type W (Administration, banque, bureau (sauf si le professionnel ne reçoit pas de clientèle dans son bureau). Le port du masque de protection peut être rendu obligatoire par l’exploitant dans les autres types d’établissements recevant du public à leur initiative.Le port du masque pour toute personne âgée de 11 ans et plus reste, par ailleurs, obligatoire dans les transports.Demeurent fermés les établissements recevant du public de type P: (salle de danse, discothèques)et les établissements à vocation commerciale destinés à des expositions, des foires-expositions ou des salons ayant un caractère temporaire, relevant du type T.De manière plus générale, le préfet rappelle qu’afin de ralentir la propagation du virus, les mesures d’hygiène et de distanciation sociale, incluant la distanciation physique d’au moins un mètre entredeux personnes, dites « barrières » doivent être observées en tout lieu et en toute circonstance.

La commune en confinement

Le Premier magistrat fait le point sur le confinement de la commune.

Comment cela se passe-t-il sur la commune ?

Dès le lundi 16 mars, nous avons été informés d’une suspicion de deux cas de Covid19. Les tests n’étant plus réalisés, il était difficile de savoir si cela était ou pas avéré. Et vu que plusieurs habitants et agents de la mairie et des écoles avaient été en contact ces derniers jours avec ces personnes, j’ai décidé, le jour même, de fermer la mairie, l’agence postale, et de confirmer la fermeture totale des écoles. Aujourd’hui, les personnes malades vont mieux et se rétablissent doucement. Mon numéro de portable est à disposition en cas d’urgence et nous faisons le tour des personnes vulnérables dans le cadre du Plan Communal de Sauvegarde.

Que reste-t-il en point de vente alimentaire sur Cressensac et Sarrazac ?

Sur Cressensac, la superette "Carrefour Express" continue de fonctionner et le dépôt de pains alimente tous les jours les habitants. Sur l’Hôpital Saint Jean, nous avons maintenu l’épicerie communale qui continue à offrir du pain et un peu d’alimentaire. Je salue notre épicière qui continue à être présente et accueillir nos habitants dans cette épicerie. Cela rend un service important aux habitants et limite les déplacements sur le territoire. C’est essentiel. Ne rentre dans l’épicerie qu’une seule personne à la fois et les distances d’un à deux mètres dans la rue sont respectés par les habitants.

Qu’en est-il du petit marché de Cressensac ?

J’ai décidé de fermer ce petit marché. Décision difficile pour les trois commerçants mais à mon sens indispensable pour protéger les habitants. Les regroupements à 4 ou 5 personnes devant les étals est une source de contamination et de diffusion du virus. Et je ne comprends pas que l’on continue à faire comme si cela ne nous concernait pas. Certes, notre secteur semble aujourd’hui épargné mais qu’en sera-t-il dans quelques jours ? a-t-on mesuré l’impact de l’arrivée sur nos communes rurales de résidents secondaires qui ont pu fuir les grandes villes la semaine dernière ? je suis donc favorable à un confinement plus strict car ce sera la seule manière de réduire la propagation et de protéger nos personnes âgées. Nous devons accepter et faire respecter ce confinement pour protéger aussi les soignants et nos propres familles.

Comment voyez-vous la suite ?

Ce sera un peu long et il faut s’armer de patience. Nous avons la chance d’habiter à la campagne et de pouvoir sortir un peu. L’isolation sociale est de très loin la seule méthode pour se protéger.